Enfin de la nouveauté sur le Grand Prix LDE 2012 !

Tous les clubs étaient pressés de se retrouver sur un format sur 2 jours. Tours l'an dernier avait largement démontré l'intérêt "collectif" d'une épreuve contre la montre où toutes les qualités de l'équipe pouvaient être mises en avant, mais aussi permettant à chacune d'entre elles d'avoir toute l'attention des spectateurs. Il semblait alors tout naturel d'offrir ce spectacle dès l'entame du Grand Prix.

Le club des Sables d'Olonne retrouvait par là-même une organisation déjà rodée par le passé avec les aides fédérale et départementale, en ouverture de la saison.

Tout était donc prêt pour accueillir les 16 clubs masculins et les 13 équipes féminines qui d'ailleurs ouvraient le bal du week-end sous un temps "pas très clair".

Les filles mettaient beaucoup de coeur à l'ouvrage, et ce d'autant plus qu' avec de nombreuses absences "internationales", le suspense était total confirmé par les résultats.

Chez les garçons, la densité était quand même au rendez-vous, et il fallait attendre les tous derniers partants pour constater que ce Grand Prix 2012 allait être très intéressant à suivre.

A mi-parcours, une certaine hiérarchie se dégageait, montrant déjà les forces et faiblesses des heureux élus.

Cela nous promettait un dimanche passionnant où les mots "revanche", "résurrection", "confirmation" entre autre étaient dans tous les discours du soir autour du dîner!

Mais voilà! Dame Météo ne l'entendit pas ainsi !

Dès le dimanche matin, le doute s'installa, les questionnements prirent la place des tactiques mises en place la veille. "La pêche à l'info" était lancée. Premiers constats, espoir que l' après-midi ait une toute autre couleur, concertation, réunion, et décision: le verdict tombait inéluctable, violent (surtout pour l'organisation), avec en toile de fond un mot: "sagesse".

Oui! Ne pas prendre de risques inutiles à tous les niveaux, montrer que la sécurité est au-dessus de toutes les envies, montrer que notre sport est géré par des gens sérieux, et que là encore "la sagesse" doit l'emporter!

Aujourd'hui, l'organisation est bien sûr déçue, mais ce n'est pas pour autant qu' elle a perdu la confiance fédérale! La ville des Sables d'Olonne a une longue et belle histoire dans l' organisation d'épreuves accueillant la masse et l' élite. C'est vrai que le temps n'a pas toujours été clément, mais à chaque fois elle s'est relevée comme elle l'a fait il n'y a pas si longtemps, agressée par les caprices de la mer.

Demain les Sables d'Olonne reprendront le flambeau, et tous les athlètes y reviendront avec plaisir, car n'oublions pas le cadre unique que nombres d'organisateurs lui envient.

120428-174837-2158-1D4 (crédit photo: Thierry Sourbier "onlinetri")

Et puis le club local bien placé à l'issue de cette étape tronquée, aura à coeur de poursuivre cette quête du Graal qui serait une grande première et une belle récompense pour la ténacité et la discrète volonté d'une équipe de dirigeants qui au fil du temps a su construire des fondations solides où jeunes et moins jeunes, champions et triathlètes lambdas se côtoient pour leur plus grand plaisir.