File0114

Après les petits-enfants, dans la famille C, je voudrais la maman ! Bonne pioche!!!

Cette année elle aura 96 ans en mai, et aujourd'hui elle coule des jours paisibles ( et j'espère heureux !) dans une maison de retraite de son midi d'adoption.

C'est vrai, moi je suis loin d'elle, je vais la voir de temps en temps, mais elle n'est pas seule ! Elle peut compter sur mon frère "qui la suit" depuis de très nombreuses années tout comme ma nièce.

Cette femme a voué sa vie avec de petits moyens,au bien-être de ses enfants, de son mari, de ma grand'mère qui a vécu jusqu'à sa mort chez mes parents. Ma "p'tite mère", comme j'aime à l'appeler, aussi en raison de sa petite taille, a toujours souri aux autres même si de sérieux problèmes de santé l'ont empêché, par exemple d'assouvir sa soif de lecture, même si son retour d'Algérie a marqué à tout jamais son coeur au fer rouge.

Et pourtant, elle a toujours répondu présente, quelque soit la situation familiale rencontrée, réconfortant les uns et les autres, "assouplissant" avec beaucoup de tendresse les tensions.

Aujourd'hui , sa mémoire présente lui fait de plus en plus défaut, et quand on est auprès d'elle, à défaut de nous reconnaître vraiment, elle se raccroche toujours avec un beau sourire, son air malicieux, une belle âme, des sanglots de joie dans la voix, à tous ses souvenirs "anciens" qu'elle se remémore facilement, qu'elle nous raconte avec un amour infini, nous faisant la regarder et l'écouter avec beaucoup d'émotion. Et surtout  "ses enfants sont les plus beaux, non mais !!".

Nous avons tous je crois autour de nous, de belles personnes comme elle, des gens qui transforment une certaine forme de tristesse ou d'inquiétude apparente  en points positifs dès qu'elles vous aperçoivent, et qui veulent vous rassurer avec ces éternels: "oui mon chéri, ça va bien, on mange bien, les draps sont changés régulièrement, ça va, ça va..." Et nous  on ne peut qu'acquiéser, le coeur lourd de devoir les laisser là, sorte d'abandon physique et moralement dur à accepter ! Et sans chercher à le mettre sur un piédestal, bien qu'il le mérite, je voue une admiration sans borne à mon frère qui remplit avec merveille et mansuétude depuis de très nombreuses années, ce rôle complexe, difficile, pesant parfois, mais preuve intangible d'un amour sans failles.

Et puis quand on est prêt d'elle, elle garde cet humour et cette manière bien personnelle de nous proposer de l'écouter chanter !

Oui un don merveilleux qu'elle a toujours eu, qu'elle nous a aussi offert, et nous avons droit régulièrement à des chansons qui ont marqué sa jeunesse, et qu'elle continue d'interpréter d'une voix cristalline et à la justesse incroyable, pour notre plus grand plaisir, et le sien bien sûr ! Ces moments de respiration "artistique" sont certainement pour elle, inconsciemment c'est sûr, des moments où "elle existe", où elle redevient elle-même, "la mémaine" vaillante, aimante, malicieuse, pleine de peps !

En ce moment, je suis auprès d'elle, et je mesure à quel point une "p'tite mère" c'est irremplaçable !

Allez rien que pour vous !

MAMAN chante

 

Le souvenir a le même pouvoir que l'écriture. Amélie Nothomb